Noise and signal

In this latest edition of our weekly investment strategy update:

Click here to read our weekly financial markets update report.

 

Disclaimer
This document is solely for your information and under no circumstances is it to be used or considered as an offer, or a solicitation of an offer, to buy or sell any investment or other specific product. All information and opinions contained herein has been compiled from sources believed to be reliable and in good faith, but no representation or warranty, express or implied, is made as to their accuracy or completeness. The analysis contained herein is based on numerous assumptions and different assumptions could result in materially different results. Past performance of an investment is no guarantee for its future performance. This document is provided solely for the information of professional investors who are expected to make their own investment decisions without undue reliance on its contents. This document may not be reproduced, distributed or published without prior authority of PLEION SA.

Bruit et signal

Cette semaine, dans notre revue hebdomadaire de l'activité dans les marchés financiers :

 

Cliquez ici pour consulter notre rapport hebdomadaire sur les marchés financiers.

 

Disclaimer - Ce document est uniquement à titre d’information et ne peut en aucun cas être utilisé ou considéré comme une offre ou une incitation d'achat ou de vente de valeurs mobilières ou d’autres instruments financiers. Bien que toutes les informations et opinions contenues dans ce document ont été compilés à partir de sources jugées fiables et dignes de foi, aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n'est faite quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. L'analyse contenue dans ce document s’appuie sur de nombreuses hypothèses et différentes hypothèses peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Les performances historiques ne sont nullement représentatives des performances futures. Ce document a été préparé uniquement pour les investisseurs professionnels, qui sont censés prendre leurs propres décisions d'investissement sans se fier indûment à son contenu. Ce document ne peut pas être reproduit, distribué ou publié sans autorisation préalable de PLEION SA.

Overthink

In this latest edition of our weekly investment strategy update:

Click here to read our weekly financial markets update report.

 

Disclaimer
This document is solely for your information and under no circumstances is it to be used or considered as an offer, or a solicitation of an offer, to buy or sell any investment or other specific product. All information and opinions contained herein has been compiled from sources believed to be reliable and in good faith, but no representation or warranty, express or implied, is made as to their accuracy or completeness. The analysis contained herein is based on numerous assumptions and different assumptions could result in materially different results. Past performance of an investment is no guarantee for its future performance. This document is provided solely for the information of professional investors who are expected to make their own investment decisions without undue reliance on its contents. This document may not be reproduced, distributed or published without prior authority of PLEION SA.

Gamberger

Cette semaine, dans notre revue hebdomadaire de l'activité dans les marchés financiers :

 

Cliquez ici pour consulter notre rapport hebdomadaire sur les marchés financiers.

 

Disclaimer - Ce document est uniquement à titre d’information et ne peut en aucun cas être utilisé ou considéré comme une offre ou une incitation d'achat ou de vente de valeurs mobilières ou d’autres instruments financiers. Bien que toutes les informations et opinions contenues dans ce document ont été compilés à partir de sources jugées fiables et dignes de foi, aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n'est faite quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. L'analyse contenue dans ce document s’appuie sur de nombreuses hypothèses et différentes hypothèses peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Les performances historiques ne sont nullement représentatives des performances futures. Ce document a été préparé uniquement pour les investisseurs professionnels, qui sont censés prendre leurs propres décisions d'investissement sans se fier indûment à son contenu. Ce document ne peut pas être reproduit, distribué ou publié sans autorisation préalable de PLEION SA.

Retrospective

Risky assets performed well over the quarter with the focus turning to the reopening of economies and rebound in growth in an environment where central banks liquidity remains a tailwind. Long-term US interest rates have declined, the USD has stabilized and the equity markets have reached new historical highs, driven by the United States, while gold price has enjoyed a rollercoaster period.

The most notable change is on the US yield side. After several months of unchanged wording, the Fed has surprisingly made an abrupt shift. Powell positively switched-on growth and labor market recovery. While the Fed still believes the current elevated inflation will prove transitory, its concern has shifted to the upside. Most of the Fed governors are now favorable to higher Fed Funds in 2023.

 

A new economic paradigm is looming

Global Tax overhaul endorsed by 130 Nations. The world took a big step toward sweeping changes to global taxation as 130 countries and jurisdictions endorsed setting a minimum rate for corporations along with rules to share the spoils from multinational firms like Facebook Inc. and Alphabet Inc.’s Google. After years of missteps and setbacks, the deal brokered in negotiations at the Organization for Economic Cooperation and Development sets the stage for Group of 20 finance ministers to sign off on an agreement shortly.

President Biden reached an agreement with a bipartisan group of senators on a $ 579bn infrastructure plan, though passage is not assured. The bill will move in tandem with a larger Democrats-only reconciliation package containing tax and spending measures Republicans oppose. Nancy Pelosi said the House will not consider the former without taking up the latter.
Stock markets set again new record highs

After contracting 3.5% in 2020, the global economy is expected to grow 5.6% in 2021, 4.1% in 2022, before returning to its long-term potential in 2023 at 3.5%. The main factors behind this rebound will be basis effects as well as the numerous stimulus packages.

Global interest rates have reversed part of the upward move of Q1. The US 10-year interest rate has consolidated in a tight range between 1.40% and 1.70% and more recently the yield curve has sharply flattened on a more hawkish Fed.

The equity markets have continued their impressive rise. The S&P500, the flagship index of the New York Stock Exchange, has fragmented the previous quarterly top around 4000 points. It is now trading up by 15.2% on a total return basis since the beginning of the year. Even if during the quarter sectors’ evolution were very heterogenous, over the quarter performance were very similar.
Gold has also experienced two distinguish periods. In April and May, the gold has strongly appreciated before reverting the early quarterly gains.

 

Currencies

Thanks to lower US long-end yields, several emerging currencies have strongly recovered from their last year lows. At the same time, the EUR has benefited from a much quicker vaccination process than in the rest of the developed world.

 

Bonds

Most of segment have delivered positive performance. Emerging and Corporate bonds have lead the pack. Only European yields have increased over the quarter leading European government bonds lower.

 

Equities

The risk-on sentiment has helped risky assets to deliver positive performance. Coupled with lower long-end yields, high duration and high risk segments have outperformed amongst them Latin America stocks and Nasdaq.

 

Commodities

Most of commodities have continued to improve driven by global risk appetite and shortages resulting form the Covid-19 pandemic

 

Macroeconomy

Global manufacturing economy reels from intensifying supply shortages

Although global manufacturing output growth ran at one of the fastest rates seen for over a decade in June, capacity constraints continued to develop, reflecting a lack of labor and a record worsening of supplier delivery times. Prices continued to rise sharply as a result.

The survey data also reveal a widening disparity between strong growth in the developed world and a near-stalling of output in the emerging markets; a divergence which can be largely attributed to differing vaccination rates and further waves of COVID-19.

 

Factory output still close to 11-year high

The JPMorgan Global Manufacturing PMI registered another strong rise in factory output during June, rounding off the best quarterly expansion for a decade. The upturn was largely attributed to surging demand as many economies around the world continued to open up from COVID-19 related lockdowns and restrictions, while rising vaccination rates also lifted sentiment and demand among businesses and consumers alike, notably in Europe and the US.

 

Shortages limit production growth

However, new orders rose even faster than output for a fourth month running in June, indicating that demand over the past two months is running ahead of production to a degree not witnessed since 2009 with the exception of February last year .

The scale of staff shortages was reflected in global growth of employment running behind order book growth to one of the greatest extents for 11 years in June. The shortfall of payroll numbers to new orders was especially acute in the developed markets.

Rising shortages of inputs were meanwhile reflected in an unprecedented lengthening of suppliers' delivery times in June.

Average prices paid by manufacturers for their inputs continued to rise at one of the fastest rates for a decade in June, due principally to this sellers' market environment.

 

 

Strategy

Towards less Financial Repression and Asset Price Inflation?

  1. We are shifting from sanitary crisis and recovery to healing and expansion. The timing for global herd immunity remains uncertain. While developed countries should reach it by end-2021, a few large emerging countries will still suffer into 2022. While global growth will clearly remain above long-term potential in H2 21 and H1 22, the jury is out for the following quarters.
  2. The Biden administration is kind of a game-changer. It is clearly shifting to the left with a more redistributive policy. Complementary plans in H2 would exacerbate tensions of market’s (long-term) interest rates. The Democratic administration will continue to be a big spender, whatever the formula, in the run-up to the mid-term congressional elections. New taxes - less markets’ friendly - seem unavoidable. A different foreign policy is also in the making.
  3. Cyclical inflation will clearly remain above comfort level (say >2,5%) in H2. Input prices are heating up, because of the sharp rise of commodities and wages. This tension is not over, as supply chains bottlenecks will continue in Q3 if not Q4, re-stocking is just starting and labor market has experienced tenacious disruptions (closed schools, virus fear, generous checks), which will need time to disperse. While the pronounced Q2 base effect will gradually disappear.
  4. Bubble formation. Financial repression and ample liquidity have favored speculation and leverage. Anglo-Saxon and Chinese policymakers have become growingly concerned. The frontal attack by China against crypto-assets is serious and durable, as a) linked to the upcoming launch of the digital Yuan b) indirectly linked to the tightening of the screws on the FinTech / shadow-banking sector. The SEC is also preparing for a more stringent supervision of household financial transactions, including margin debt. The challenge will be to regulate without causing a financial crisis or a shortage of transaction liquidity.
  5. In the next 5 years, we will experience a broad adoption of digital - central bank - currencies. The launch of the digital Yuan will come first (Olympic games in Beijing 2022 latest). The global fight against cash is accelerating. Euro and Yuan will growingly challenge the supremacy of the USD.

 

 

Currencies

Next Fed tapering will not lead to a tantrum

During the 2013 Fed taper tantrum episode, the USD only really started to embark on a rally 6 months after the Fed had started its tapering. In 2013, the USD on a real effective exchange term was relatively cheap and trading with a discount of c. 20% compared to its long-term fair value. At the same time, emerging currencies were at their most expensive level of the past decade and trading with a premium of 15%. The tapering led to higher US yields, both nominal and real, and drove strong inflows into USD-denominated assets, finally pushing the USD up.

The USD will remain dependent on the Fed's speed of adjustment

Nowadays the situation across the FX space is by far different. Long-term valuation indicators are pointing to a different picture. Emerging currencies are still trading with a premium. Most of it can be attributed to the Chinese yuan. It is trading in real terms with a premium of 25%, while HUF, MXN, ZAR, RUB, and BRL are all trading with a discount of more than 20%. The USD is much closer to its fair value.

 

 

A new attitude from EM central bankers

The race to top of the EM currency pack will be determined by proactive central banks. The principle is singling out those ready to turn rhetoric into action. In this recovery period, EM central banks are surprisingly adopting another approach than in the past. They are already tightening their key rates to ensure inflation does not get out of hand, as it often has in the past. EM central banks aggregated rate increases reached 205bps in June, up from 109 in April and May. Recent winners are currencies whose central banks raised rates amongst them Mexico, Brazil, Russia, or Hungary. However, hawkish rhetoric alone is not always sufficient, as illustrated by Turkey, where investors remain concerned about the central bank autonomy from political interference.
Over the long-term, markets will favor the combination of currencies which are supported by responsive central banks in terms of fighting inflation, and solid balance-of-payments positions.

 

Bonds

Will the 2013 tapering playbook work?

Looking at the 2013-2018 period could provide a good indication for the coming policy normalization. In 2013, the Fed tapering announcement drove markets into a long-term bond sell-off, as it came as a surprise. A few months in, the trends went the opposite way. The yield curve kept flattening even as the Fed reversed QE in 2018 amid rising rates. However, the expected labor market normalization should be more rapid this time. In 2013, near a year of internal discussions and 7 months of market communication occurred before the Fed formally announced a tapering in December. The tapering ran from January to October 2014 and then the 1st rate hike happened in December 2014.

This tapering cycle should start in Q4 2021. The Fed will be able to cease quicker its asset purchases over 6 months instead of 10 months in 2014. It should also lead the Fed to start the rate hikes with a shorter delay. Subsequently, if the Fed is right in its assessment that inflation will only be modestly above target in 2023, there will be no rush to push on with a string of rate hikes. Looking beyond, the 2.5% Fed longer-run projection suggests a peak in the coming cycle, in line with that of 2018.

 

High Yield at historical low dispersion

All the government and central banks stimuli bear fruit. Fitch, like others rating agencies, has lowered its 2021 year-end HY default forecast to 2% from 3.5%. It will be the lowest since 2017. It could potentially finish the year in a 1%-2% range, challenging the 1% mark from 2013. They also reduced their 2022 default forecast to 2.5%-3.5% from the previous 4%-5% expectation.
In such a context, HY spreads have strongly compressed. US HY spreads are currently trading at their lowest level since 2007, just a few bps above record low reached some weeks before the TMT bubble burst. Within BB, added spread comes with a duration extension and liquidity concerns. Almost 2/3 of the market is trading inside 300bps, including almost 28% that trades below 200bps. There are just 9% of the index, which is still trading wider than 500bps.

Few options remain in the fixed income space to achieve some carry as the market is very polarized and focused. However, history shows that once we reached lowest percentiles, risk reward on HY is no longer compelling even with a benign expected default rate. Credit is essential but often too expensive

 

Equities

The reflation trade has eased

The market will remain cautious in the run-up to the Fed meeting in late July and the Jackson Hole summit in late August, with weaker stock market volumes during the summer. We rather consider odds of higher volatility and sector rotations than that of an equity correction.

Equities move between relatively high, albeit not extreme, valuations and favorable short to medium term factors, such as the technical situation (although there is starting to be some divergence in participation), investor sentiment indicators, share buybacks, dividends, liquidity, low interest rates and rising profits.

The Buffet Indicator (BI) - the market capitalization of the Wilshire 5000 divided by the US GDP - shows an excessively high ratio at 236%, while it should be at 120%, in theory. Among other things, the ratio rose recently due to the temporary contraction of US GDP due to the pandemic. The BI is not a market timing tool, but its predictive value shows that returns tend to be negative over the next 5 years if overvalued (a ratio greater than 2 standard deviations) and positive in the event of an undervaluation (a ratio less than 2 standard deviations). Currently, the ratio stands at 3 standard deviations. But the correlation between BI valuation and future returns is weak. The first criticism of this indicator is that it does not take into account other asset classes, such as today with the very low level of interest rates; the US 10-year average is 6% over the last 50 years compared to 1.5% currently. The ratio is at about the same level as in 2000, but the US 10-year was over 6%. The current BI level does not signal a correction of equities. The BI can remain abnormally high as long as interest rates remain abnormally low.

 

 

 

Less compelling valuation indicators

The S&P 500's 22x 2021 12-month PER is higher than the 17x average, but this is less dramatic at the start of an economic cycle, considering the pandemic disappears in 2022, as substantial growth in corporate profits is expected, +35% in 2021 and +15% in 2022 for the S&P 500, and +65% in 2021 and +12% in 2022 for the Stoxx 600.
The Equity Risk Premium is also less attractive. After being very favorable to equities in March 2020, the US 10-year US/Dividend yield ratio has returned to average.

 

Commodities

Gold is a financial asset

Its price remains strongly inversely correlated with real interest rates.

However, the price of gold has weakened as the real US rate has fallen. The ounce of gold should have gone up, but its price also depends on the dollar, which appreciates, and the Fed. The Fed implicitly alluded to an increase in Fed Funds earlier than expected.

Gold has new competitors, cryptocurrencies, although they are more volatile, more speculative and less safe. Cryptocurrencies could also be a hedge against currency debasement.

 

Economic recovery supports oil

The Bloomberg Commodities Index is up 57% from the lows of April 2020, which was also a low since 1974 !, and 20% in 2021. The performances are remarkable. Since April 2020, the price of oil has increased by 270%, copper by 88%, the industrial metals index by 65%, the agricultural index by 56%, while gold is up only +2 %.

It looks like a post-Covid restart with a strong recovery in demand, coupled with disruptions in production and logistics linked to the pandemic. Producing countries have often been hit hard by the Covid, as in Latin America, where restrictive health measures have reduced production.

The current consolidation since May reflects fears of a delayed economic recovery due to the emergence of variants and the lack of a global vaccination strategy. However, this period of weakness presents long-term buying opportunities.

 

Disclaimer
This document is solely for your information and under no circumstances is it to be used or considered as an offer, or a solicitation of an offer, to buy or sell any investment or other specific product. All information and opinions contained herein has been compiled from sources believed to be reliable and in good faith, but no representation or warranty, express or implied, is made as to their accuracy or completeness. The analysis con-tained herein is based on numerous assumptions and different assumptions could result in materially different results. Past performance of an investment is no guarantee for its future performance. This document is provided solely for the information of professional investors who are ex-pected to make their own investment decisions without undue reliance on its contents. This document may not be reproduced, distributed or published without prior authority of PLEION SA.

LE TRIMESTRE DES ACTIFS RISQUES

Rétrospective

Les actifs risqués ont bien performé sur le trimestre, l'accent étant mis sur la réouverture des économies et le rebond de la croissance dans un environnement où la liquidité des banques centrales reste soutenante. Les taux d'intérêt longs aux Etats-Unis ont reculé, le dollar américain s'est stabilisé et les marchés boursiers ont atteint de nouveaux records historiques, tirés par les États-Unis, tandis que le prix de l'or a connu une période de montagnes russes.

Le changement le plus notable se situe du côté des taux américains. Après plusieurs mois de formulation inchangée, la Fed a étonnamment opéré un brusque changement. Powell a tourné plus constructif sur la croissance et la reprise du marché du travail. Alors que la Fed pense toujours que l'inflation élevée actuelle sera transitoire, des risques haussiers existent. La plupart des gouverneurs de la Fed sont désormais favorables à une hausse des Fed Funds en 2023.

 

Un nouveau paradigme économique se profile
Une révision fiscale mondiale approuvée par 130 nations. Le monde a fait un grand pas vers des changements radicaux en matière de fiscalité mondiale alors que 130 pays et juridictions ont approuvé la fixation d'un taux minimum pour les entreprises ainsi que des règles pour partager la manne des entreprises multinationales comme Facebook Inc. et Google d'Alphabet Inc.. Après des années de faux pas et de revers, l'accord négocié lors des négociations à l'Organisation de coopération et de développement économiques ouvre la voie à la signature prochaine d'un accord par le Groupe des 20 ministres des Finances.

Le président Biden a conclu un accord de sénateurs bipartisans sur un plan d'infrastructure de 579 milliards de dollars, bien que la signature ne soit pas certaine. Le projet de loi évoluera en tandem avec un plus grand plan de réconciliation réservé aux démocrates contenant des mesures fiscales et de dépenses auxquelles les républicains s'opposent. Nancy Pelosi a déclaré que la Chambre n'examinerait pas le premier sans aborder le second.

 

Les Bourses atteignent de nouveaux records
Après s'être contractée de 3,5% en 2020, l'économie mondiale devrait croître de 5,6% en 2021, 4,1% en 2022, avant de retrouver son potentiel de long terme en 2023 à 3,5%. Les principaux facteurs de ce rebond seront les effets de base ainsi que les nombreux plans de relance.

Les taux d'intérêt mondiaux ont inversé une partie du mouvement haussier du premier trimestre. Le taux d'intérêt américain à 10 ans a consolidé dans une fourchette étroite entre 1,40 % et 1,70 % et plus récemment la courbe des taux s'est fortement aplatie suite à une Fed plus hawkish.

Les marchés actions ont poursuivi leur ascension impressionnante. Le S&P500, l'indice phare de la Bourse de New York, a explosé le précédent pic trimestriel autour de 4000 points. Il se négocie désormais en hausse de 15,2 % depuis le début de l'année. Même si au cours du trimestre les performances sectorielles ont été très hétérogènes, les performances sur le trimestre ont été très similaires.

L'or a également connu deux périodes distinctes. En avril et mai, l'or s'est fortement apprécié avant d’effacer une partie de la hausse.

 

Devises

Grâce à la baisse des taux longs américains, plusieurs devises émergentes se sont fortement redressées par rapport à leurs plus bas de l'an dernier. Dans le même temps, l'EUR a bénéficié d'un processus de vaccination beaucoup plus rapide que dans le reste du monde développé.

 

Obligations

La plupart des segments ont réalisé des performances positives. Les obligations émergentes et d’entreprises privées sont en tête du peloton. Seuls les taux européens ont augmenté au cours du trimestre, entraînant la baisse des obligations d'État européennes.

 

Actions

Le sentiment positif pour le risque a aidé les actifs risqués à afficher une performance positive. Associés à des taux longs plus faibles, les segments à duration élevée et à haut risque ont surperformé, notamment les actions d'Amérique latine et le Nasdaq.

 

Matières premières

La plupart des prix des matières premières ont continué de s'améliorer grâce à l'appétit pour le risque mondial et aux pénuries résultant de la pandémie de Covid-19.

 

MACROECONOMIE

L'économie manufacturière est impactée par l'intensification des pénuries d'approvisionnement

Bien que la croissance de la production manufacturière mondiale ait cru à l'un des taux les plus rapides observés depuis plus d'une décennie en juin, les contraintes de capacité ont continué à se propager, reflétant un manque de main-d'oeuvre et une détérioration record des délais de livraison. En conséquence, les prix ont continué à augmenter fortement. Les enquêtes révèlent également une disparité croissante entre une forte croissance dans le monde développé et un quasi-arrêt de la production dans les marchés émergents ; une divergence qui peut être largement attribuée à des taux de vaccination différents et à de nouvelles vagues de COVID-19.

La production manufacturière proche de son point haut en 11 ans

Le JPMorgan Global Manufacturing PMI a enregistré une nouvelle hausse marquée de la production industrielle en juin, clôturant la meilleure expansion trimestrielle depuis une décennie. La reprise a été largement attribuée à l'augmentation de la demande, car de nombreuses économies du monde entier s'ouvrent à cause des blocages et des restrictions liés au COVID-19, tandis que l'augmentation des taux de vaccination a également stimulé le sentiment et la demande des entreprises et des consommateurs, notamment en Europe et aux États-Unis.

 

Les pénuries refreinent la croissance de la production

Les nouvelles commandes ont augmenté encore plus rapidement que la production pour un 4ème mois consécutif en juin, indiquant que la demande au cours des deux derniers mois a dépassé la production à un degré sans précédent depuis 2009 à l'exception de février l'an dernier. L'ampleur des pénuries de personnel s'est reflétée dans la croissance mondiale de l'emploi, en retard sur la croissance du carnet de commandes. L'insuffisance des effectifs par rapport aux nouvelles commandes a été particulièrement aiguë dans les marchés développés. Les pénuries croissantes d'intrants se sont quant à elles traduites par un allongement sans précédent des délais de livraison. Les prix moyens payés par les fabricants pour leurs intrants ont continué d'augmenter à l'un des taux les plus rapides depuis une décennie en juin, principalement en raison de cet environnement de marché de vendeurs.

 

Stratégie

Vers moins de répression financière et de soutien pour le prix des actifs ?

  1. Nous passons de la crise sanitaire et au rétablissement, la guérison et l'expansion. Le calendrier de l'immunité collective mondiale reste incertain. Alors que les pays développés devraient l'atteindre d'ici fin 2021, quelques grands pays émergents souffriront encore en 2022. Si la croissance mondiale restera clairement supérieure à son potentiel de long terme au S2 21 et S1 22, des questions demeurent pour les trimestres suivants.
  2. L'administration Biden change la donne. Elle vire clairement à gauche avec une politique plus redistributive. Des plans complémentaires au second semestre aggraveraient les tensions sur les taux d'intérêt (à long terme). L'administration démocrate continuera d'être une grosse dépensière, quelle que soit la formule, à l'approche des élections de mi-mandat. De nouvelles taxes - moins favorables aux marchés - semblent inévitables. Une politique étrangère différente est également en préparation.
  3. L'inflation cyclique restera clairement au-dessus du niveau des 2,5 % au S2. Les prix des intrants s'échauffent, en raison de la forte hausse des matières premières et des salaires. Cette tension n'est pas terminée, car les goulots d'étranglement des chaînes d'approvisionnement se poursuivront au T3 sinon au T4.
    Le réapprovisionnement ne fait que commencer et le marché du travail a connu des perturbations tenaces qui auront besoin de temps pour se dissiper. L'effet de base prononcé du Q2 disparaîtra progressivement.
  4. Formation de bulles. La répression financière et l'abondance de liquidités ont favorisé la spéculation et l'effet de levier. Les décideurs politiques US et chinois sont de plus en plus inquiets. L'attaque frontale de la Chine contre les cryptoactifs est grave et durable, car liée au lancement prochain du Yuan numérique et au resserrement autour des FinTechs/shadow-banking. La SEC se prépare également à une surveillance plus stricte des transactions financières des ménages, y compris la dette de marge. L'enjeu sera de réguler sans provoquer de crise financière ou de pénurie de liquidité.
  5. Au cours des 5 prochaines années, nous connaîtrons une large adoption des devises numériques - banque centrale -. Le lancement du Yuan numérique viendra en premier (JO de Pékin 2022). La lutte mondiale contre l'argent liquide s'accélère. L'euro et le yuan défieront de plus en plus la suprématie du dollar américain.

 

 

Devises

Le prochain tapering de la Fed n’entrainera pas une crise

Lors de l'épisode du « taper tantrum » de la Fed en 2013, l'USD n'a vraiment commencé à se redresser que 6 mois après que la Fed débute son tapering. En 2013, l'USD en termes réels était relativement bon marché et s'échangeait avec une décote de 20 % par rapport à sa valeur de long terme. Dans le même temps, les devises émergentes étaient à leur niveau le plus cher de la dernière décennie et se négociaient avec une prime de 15%. Le tapering a entraîné une hausse des taux US, tant nominaux que réels, et de forts flux au profit des actifs libellés en USD, poussant finalement le USD à la hausse.

L’USD restera dépendant de la vitesse d’ajustement de la Fed

Actuellement, la situation dans l'univers des devises est nettement différente. Les indicateurs de valorisation à long terme montrent une autre image. Les devises émergentes se négocient toujours avec une prime. La majeure partie peut être attribuée au yuan chinois. Il se négocie en termes réels avec une prime de 25%, tandis que les HUF, MXN, ZAR, RUB et BRL se négocient tous avec une décote de plus de 20%. L'USD est lui beaucoup plus proche de sa juste valeur.

 

 

Une nouvelle attitude des banquiers centraux des pays émergents

Les meilleures devises des marchés émergents profiteront de banques centrales proactives. Le principe est de désigner celles qui sont prêtes à passer de la rhétorique à l'action. En cette période de reprise, les banques centrales émergentes adoptent étonnamment une approche différente du passé. Elles resserrent déjà leurs politiques monétaires pour s'assurer que l'inflation ne dérape pas, comme cela a trop souvent été le cas par le passé. Les hausses de taux agrégées des banques centrales émergentes ont atteint 205 pbs en juin, contre 109 en avril et mai. Les récents gagnants sont les devises dont les banques centrales ont relevé les taux parmi lesquelles le Mexique, le Brésil, la Russie ou la Hongrie. Cependant, la rhétorique restrictive à elle seule n'est pas toujours suffisante, comme l'illustre la Turquie, où les investisseurs restent préoccupés par l'autonomie de la banque centrale vis-à-vis des ingérences politiques.

Sur le long terme, les marchés privilégieront la combinaison de devises soutenues par des banques centrales réactives en termes de lutte contre l'inflation, bénéficiant de balances des paiements solides.

 

Obligations

L’expérience de 2013 sera-t-elle fructueuse ?

L'examen de la période 2013-2018 pourrait fournir une bonne indication de la prochaine normalisation de la politique. En 2013, l'annonce du tapering de la Fed avait conduit les marchés à une crise e qui avait été une surprise. Quelques mois plus tard, les tendances s’étaient inversées. La courbe des taux a continué de s'aplatir alors même que la Fed avait inversé le QE en 2018. Cependant, la normalisation attendue du marché du travail devrait être plus rapide cette fois. En 2013, près d'un an de discussions internes et 7 mois de communication de marché avaient été nécessaires avant que la Fed n'annonce formellement un tapering en décembre. Le tapering s'était déroulé de janvier à octobre 2014, puis la 1ère hausse de taux avait eu lieu en décembre 2014.
Ce cycle de tapering devrait débuter au T4 2021La Fed pourra interrompre plus rapidement ses achats d'actifs. Cela devrait également conduire la Fed à débuter son cycle de hausses de taux plus rapidement Par la suite, si la Fed a raison d'estimer que l'inflation ne sera que légèrement supérieure à l'objectif en 2023, il n'y aura pas d'urgence à poursuivre avec une série de hausses de taux. A plus long terme, la projection la Fed de 2,5% suggère un pic dans le cycle à venir en ligne avec celui de 2018.

 

Faible dispersion dans le High Yield

Tous les stimuli du gouvernement et des banques centrales portent leurs fruits. Fitch, comme d'autres agences de notation, a abaissé sa prévision de défaut sur le HY pour fin 2021 à 2% contre 3,5%. Ce sera son plus bas niveau depuis 2017. Il pourrait potentiellement terminer l'année dans une fourchette comprise entre 1% et 2%, défiant la barre des 1% de 2013. Fitch a également réduit sa prévision par défaut pour 2022 à 2,5%-3,5% contre 4% à 5% précédemment.

Dans un tel contexte, les spreads HY se sont fortement comprimés. Les spreads du US HY se négocient à leur plus bas niveau depuis 2007. Au sein du BB, l'augmentation du spread s'accompagne d’un rallongement de la maturité, ainsi que de risques de liquidité. Près des 2/3 du marché se négocient en-dessous des 300 pbs, dont près de 28% qui se négocient en-dessous de 200 pbs. Il n'y a que 9% de l'indice, qui se négocie toujours à plus de 500 pbs.

Peu d'options existent encore dans l'univers obligataire pour engranger du portage car le marché est très polarisé et concentré. Cependant, l'histoire montre qu'une fois que nous avons atteint les centiles les plus bas, la prime du risque sur le HY n'est plus attrayante, même avec un taux de défaut attendu minime. Le crédit est incontournable mais souvent trop cher

 

Actions

Le reflation trade s’est atténué

Le marché restera prudent à l’approche de la réunion de la Fed fin juillet et du sommet de Jackson Hole fin août, avec des volumes boursiers faibles durant l’été. Nous tablons plutôt sur une volatilité plus élevée et sur des rotations sectorielles

Les actions évoluent entre des évaluations relativement élevées, quoique pas extrêmes, et des facteurs de court-moyen terme favorables, comme la situation technique (quoiqu’il commence à y avoir quelques divergences dans la participation), les indicateurs de sentiment des investisseurs, les rachats d’actions, les dividendes, les liquidités, les taux d’intérêt bas et la progression des profits.

L’indicateur Buffet (BI), à savoir la capitalisation boursière du Wilshire 5000 divisée par le PIB US montre un niveau excessivement élevé à 236%, alors qu’il devrait se situer à 120%, en théorie. Entre autres, le ratio est monté récemment à cause de la contraction temporaire du PIB US due à la pandémie.

Le BI n’est pas un outil de timing du marché, mais sa valeur prédictive montre que les rendements ont tendance à être négatifs au cours des 5 prochaines années en cas de surévaluation (un ratio supérieur à 2 écart-types) et positifs en cas de sous-évaluation (un ratio inférieur à 2 écart-types). Actuellement, le ratio se situe à 3 écart-types. Mais la corrélation entre la valorisation du BI et les rendements futurs est faible. La première critique de cet indicateur est qu’il ne prend pas en considération les autres classes d’actifs, comme aujourd’hui avec le niveau très bas des taux d’intérêt; la moyenne du 10 ans US se situe à 6% sur les 50 dernières années contre 1.5% actuellement. Le ratio se trouve à peu près au même niveau qu’en 2000, mais le 10 ans US se situait à plus de 6%. Le niveau actuel du BI ne signale pas une correction des actions. Le BI peut rester anormalement haut tant que les taux d’intérêt restent anormalement bas.

     

 

Des valorisations moins attrayantes

Le PER 12 mois de 22x 2021 du S&P 500 est supérieur à la moyenne de 17x, mais cela est moins dramatique en début d’un cycle économique, à condition que la pandémie disparaisse en 2022, car on attend une progression substantielle des profits des sociétés, +35% en 2021 et +15% en 2022 pour le S&P 500, et +65% en 2021 et +12% en 2022 pour le Stoxx 600.
La prime de risque sur les actions également moins attrayante. Après avoir été très favorable aux actions en mars 2020, le ratio 10 ans US/rendement des dividendes est revenu sur la moyenne.

 

Matières premières

L’or est un actif financier

Son prix reste fortement inversement corrélé aux taux d’intérêt réels.

Cependant, le cours de l’or a faibli, alors que le taux réel US baisse. L’once d’or aurait dû monter, mais son prix est également tributaire du dollar, qui s’apprécie, et de la Fed. La Fed a annoncé une hausse des Fed Funds plus tôt que prévu.

L’or a des nouveaux concurrents, les cryptomonnaies, même si elles sont plus volatiles, plus spéculatives et moins sûres. Les cryptomonnaies sont aussi une protection contre le debasement des monnaies.

 

La reprise économique au chevet du pétrole

L’indice Bloomberg Commodities a progressé de 57% depuis les bas de avril 2020, qui était également un plus bas depuis 1974 !, et de 20% en 2021. Les performances sont remarquables. Depuis avril 2020, le prix du pétrole a augmenté de 270%, le cuivre de 88%, l’indice des métaux industriels de 65%, l’indice agricole de 56%, alors que l’or est en retrait avec seulement +2%.

Cela ressemble à un redémarrage post-Covid avec une forte reprise de la demande couplée à des disruptions dans la production et la logistique liées à la pandémie. Les pays producteurs ont souvent été durement touchés par la Covid, comme en Amérique latine, où les mesures sanitaires contraignantes ont réduit la production.

La consolidation actuelle, depuis mai, traduit les craintes d’une reprise économique retardée à cause de l’émergence de variants et l’absence d’une stratégie vaccinale globale. Toutefois, cette période de faiblesse représente des opportunités d’achat sur le long terme.

 

 

Disclaimer - Ce document est uniquement à titre d’information et ne peut en aucun cas être utilisé ou considéré comme une offre ou une incitation d'achat ou de vente de valeurs mobilières ou d’autres instruments financiers. Bien que toutes les informations et opinions contenues dans ce document ont été compilés à partir de sources jugées fiables et dignes de foi, aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n'est faite quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. L'analyse contenue dans ce document s’appuie sur de nombreuses hypothèses et différentes hypothèses peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Les performances historiques ne sont nullement représentatives des performances futures. Ce document a été préparé uniquement pour les investisseurs professionnels, qui sont censés prendre leurs propres décisions d'investissement sans se fier indûment à son contenu. Ce document ne peut pas être reproduit, distribué ou publié sans autorisation préalable de PLEION SA.

A thorn in the flesh

In this latest edition of our weekly investment strategy update:

Click here to read our weekly financial markets update report.

 

Disclaimer
This document is solely for your information and under no circumstances is it to be used or considered as an offer, or a solicitation of an offer, to buy or sell any investment or other specific product. All information and opinions contained herein has been compiled from sources believed to be reliable and in good faith, but no representation or warranty, express or implied, is made as to their accuracy or completeness. The analysis contained herein is based on numerous assumptions and different assumptions could result in materially different results. Past performance of an investment is no guarantee for its future performance. This document is provided solely for the information of professional investors who are expected to make their own investment decisions without undue reliance on its contents. This document may not be reproduced, distributed or published without prior authority of PLEION SA.

Une épine dans le pied

Cette semaine, dans notre revue hebdomadaire de l'activité dans les marchés financiers :

 

Cliquez ici pour consulter notre rapport hebdomadaire sur les marchés financiers.

 

Disclaimer - Ce document est uniquement à titre d’information et ne peut en aucun cas être utilisé ou considéré comme une offre ou une incitation d'achat ou de vente de valeurs mobilières ou d’autres instruments financiers. Bien que toutes les informations et opinions contenues dans ce document ont été compilés à partir de sources jugées fiables et dignes de foi, aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n'est faite quant à leur exactitude ou leur exhaustivité. L'analyse contenue dans ce document s’appuie sur de nombreuses hypothèses et différentes hypothèses peuvent entraîner des résultats sensiblement différents. Les performances historiques ne sont nullement représentatives des performances futures. Ce document a été préparé uniquement pour les investisseurs professionnels, qui sont censés prendre leurs propres décisions d'investissement sans se fier indûment à son contenu. Ce document ne peut pas être reproduit, distribué ou publié sans autorisation préalable de PLEION SA.

PLEION SA

Rue François-Bonivard 12, 1201 Genève
t +41 22 906 81 81, f +41 22 906 81 82

Rue du Centre Sportif 22, 1936 Verbier
t +41 27 329 06 83

Chemin du Midi 8, 1260 Nyon
t +41 22 906 81 50, f +41 22 906 81 51

Schauplatzgasse 9, 3011 Berne
t +41 58 404 29 41

Seidengasse 13, 8001 Zurich
t +41 43 322 15 80

Rue Pré-Fleuri 5, 1950 Sion
t +41 27 329 00 30, f +41 27 329 00 32

info@pleion.ch           www.pleion.ch

Termes et conditions | Informations sur nos services financiers | Sitemap © 2022, PLEION SA (Member of PROBUS  PLEION Group)

menu